Archives de catégorie : Déclaration

CTMEN du 16 décembre 2020 Déclaration liminaire de la FSU

Avant d’entrer dans le cœur de sa déclaration, la FSU tient à faire un petit point d’actualité. Comme un symbole de cette année hors norme, c’est encore une fois par les médias, à 48 heures de la date concernée, que les personnels ont appris les modalités de (dés)organisation de cette fin de semaine. Lundi 14 décembre, le Premier ministre a annoncé que les absences des élèves jeudi et vendredi seront tolérées, afin de les protéger, eux et leurs familles, dans la perspective des fêtes de fin d’année.

Lire la déclaration liminaire de la FSU au CTMEN du 16/12 complète ici.

CSE du 10 décembre 2020 Déclaration liminaire de la FSU

Ce CSE se déroule une semaine après la publication des résultats de l’enquête auprès des personnels et des parents d’élèves que la FSU a commandée à l’institut IPSOS. Celle-ci met en avant l’écart qui n’en finit pas de se creuser entre les intentions ministérielles et les attentes réelles des personnels.
Les enseignant-es estiment à 69% que les réformes de Jean-Michel Blanquer sont au mieux inutiles pour les élèves et pour 68 % d’entre eux elles vont plutôt dans le mauvais sens. 73 % trouvent que ces reformes aggravent leurs conditions de travail. Le sondage dessine le portrait d’une communauté éducative qui s’estime d’autant plus malmenée qu’elle a une haute idée du rôle de l’école et de l’utilité sociale des métiers de l’éducation. Si ce rejet global était connu chez les militant-es syndicaux-les, il s’avère en fait que les non syndiqué-es ont un regard plus sévère sur la politique éducative menée par le ministère.

Lire la déclaration liminaire intégrale de la FSU au CSE du décembre 2020.

Comité de Suivi de la Transformation de la Voie Professionnelle 02 décembre 2020 Déclaration préalable du SNUEP-FSU

En amont de notre introduction, le SNUEP-FSU tient à dénoncer les propos scandaleux indignes et irresponsables du ministre à l’égard d’un des syndicats de la FSU et de certaines organisations de jeunesses opposées à ses réformes. Les soupçons qui pèsent sur le ministre, le ministère et certains hauts responsables sont quant à eux extrêmement graves. Le SNUEP-FSU avec la FSU exige une enquête indépendante pour faire toute la lumière sur cette affaire de manipulation de la démocratie lycéenne à des fins partisanes. Et si les conclusions s’avéraient confirmer les soupçons, le ministre devra en tirer toutes les conséquences.

Lire la déclaration complète du SNUEP-FSU du 02/12/2020 ici.

Cette séance du comité technique de l’Éducation nationale se tient alors que le ministre de l’Éducation nationale est au centre d’une affaire qui crée la polémique depuis une semaine. Il est soupçonné d’avoir utilisé les moyens de l’État et sa position de pouvoir pour manipuler la démocratie lycéenne. Le but aurait été de tenter de contrer le rejet majoritaire, tant parles personnels que par les usagers, de la réforme du baccalauréat. S’ils étaient avérés, les comportements révélés par la presse, attribués soit au ministre, soit à certains hauts-fonctionnaires, mettraient en lumière un manquement à l’obligation de probité qu’exige le service de l’intérêt général.

Pour la FSU, toute la lumière doit être faite sur cette affaire. Elle attend qu’une enquête administrative indépendante soit diligentée sans délai, car elle porte atteinte à l’image de notre ministère, et par là-même à la dignité de tous ses personnels.

Il s’agit là d’une nouvelle marque du mépris pour les organisations syndicales, et plus largement pour les corps intermédiaires, qui caractérise la pratique du pouvoir depuis 2017.

Lire la déclaration complète de la FSU au CTMEN du 27/11/2020.

Déclaration CTMEN du 03112020

Ce CTMEN se tient alors que la menace terroriste islamiste a frappé notre ministère le 16 octobre dernier. Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie en charge de l’enseignement moral et civique au collège de Conflans Sainte-Honorine, a été assassiné pour avoir fait dignement et simplement son travail.

Le terrorisme islamiste a choisi de s’attaquer au cœur de notre société, à tous ces hommes et ces femmes, nos collègues, qui ont fait de leur métier l’enseignement des savoirs, l’initiation au débat argumenté et au respect du point de vue différent de l’autre, le développement de l’esprit critique de la liberté de conscience. C’est ceci qui a été visé.

C’est donc toute la communauté éducative, personnels mais aussi familles et élèves, qui est profondément atteinte et endeuillée, et au-delà l’ensemble de la société. L’assassinat lâche et abject d’un enseignant porte aussi attaque aux principes fondamentaux de la République.

La FSU réitère sa demande solennelle que chacun s’abstienne de toute instrumentalisation politique. Elle a refusé et refusera toute stigmatisation des musulmans. Cela ne ferait que renforcer la fracturation de la société,  reculer les valeurs qui fondent le vivre-ensemble dans notre société et alimenter toutes les haines dont sont porteuses les idéologies obscurantistes et réactionnaires. La FSU ne lâchera rien sur la nécessité d’apporter partout, pour tous, l’instruction, la raison, la réflexion et tout ce qui permet de construire l’autonomie de jugement.

Lire l’intégralité de la déclaration FSU au CTMEN du 03/11/2020 ici.

CTMEN du 8 juillet2020 – Déclaration liminaire de la FSU

Ce CTMEN se tient deux jours après un remaniement ministériel qui ne signale ni changement ni même inflexion politique, contrairement aux déclarations du Président de la République. Les leçons des errements de la période passée doivent être tirées. En effet, la sévérité des jugements des personnels à l’endroit de la politique menée par le précédent ministère appellent une réorientation complète, s’appuyant sur la nécessité de respecter la professionnalité et l’expertise des personnels et de leur donner les moyens d’exercer leurs métiers. On ne peut avancer en tournant le dos à ceux qui font vivre au quotidien le service public d’Éducation.

Lire la déclaration complète ici.

Déclaration FSU au CSE du 30 juin 2020

La période de crise sanitaire a révélé et creusé les inégalités de tout ordre. Pour la FSU, il y a urgence à combattre ces inégalités. C’est dans ce contexte, qu’elle présentera demain à la presse son plan de sortie de crise pour la jeunesse.  Ce plan doit permettre de combattre ces inégalités par une action déterminée qui redonne une ambition pour la jeunesse, un avenir désirable dans une société plus juste et écologiquement soutenable. Dans ce but, le gouvernement doit renforcer les services publics notamment celui de l’éducation par un investissement massif pour permettre à tous les jeunes de se former, de s’émanciper, de trouver une place dans la société.

Sans en dévoiler l’ensemble des mesures, permettez-moi de profiter de ce CSE pour pointer celles qui sont les plus en lien avec nos ministères et qui devront être mises en œuvre dès la rentrée 2020.

Continuer la lecture de Déclaration FSU au CSE du 30 juin 2020

capa hors classe

Pour le tableau d’avancement, la CAPA prévue initialement le 4 juin a été transformée en GT.

Nous vous rappelons que les organisations syndicales avaient demandé à ce qu’un groupe de travail préalable(non prévu à la base) puisse se tenir en amont de la CAPA pour pouvoir étudier les documents avec la précision nécessaire.

La CAPA s’est déroulée le 16 juin. comme convenu.

Vous trouverez ici notre déclaration complète lue lors de la CAPA du 16 juin.

CTMEN du 12 juin 2020 Déclaration liminaire de la FSU

Avec le déconfinement, Il n’aura pas fallu trois semaines pour que reviennent les poncifs de dénégation de la Fonction publique et de ses agent-es et les politiques managériales qui les accompagnent.

Voici par exemple que les enseignant-es sont jeté-es à la vindicte populaire, victimes à nouveau de la communication ministérielle et de ses pseudo-prophéties autoréalisatrices qui a rendu possible une vraie campagne de « prof-bashing ». « décrocheurs », « fainéants » voire « désobéisseurs qu’il conviendrait de punir ». Autant d’imbécilités lancées dans le débat public qui risquent de dégrader le lien de confiance indispensable entre les familles et l’école et de desservir tout particulièrement nos élèves les plus fragiles. En rappel de la déclaration intersyndicale, la FSU attend du ministre qu’il corrige le tir et rappelle haut et fort que c’est la mobilisation de tous les personnels de l’éducation, et les enseignant-es en première ligne, qui ont tenu le système à bout de bras ces derniers mois.

Lire la déclaration complète au CTMEN du 12 juin 2020 de la FSU ici.