Archives de catégorie : communiqué de presse

Rentrée 2021 dans la voie professionnelle : les conséquences de la politique ministérielle sont lourdes .

En Guadeloupe, Martinique et dans certaines zones de la Guyane la rentrée scolaire est reportée. La Réunion est sous surveillance avec déjà des fermetures effectives de classes. En Polynésie, la rentrée scolaire a été maintenue à tout prix mais les établissements ont finalement fermé deux semaines plus tard. Malgré ces alertes, le ministre refuse toute proposition d’aménagement de son protocole – rédigé en juillet, donc
forcément décalé du fait de la nouvelle situation sanitaire : un variant très contagieux et des élèves encore peu vacciné·es.
Pour maintenir nos établissements ouverts, une gestion plus rigoureuse de cette rentrée aurait été indispensable. Les établissements ne sont toujours pas tous équipés de capteurs de C02 ou de purificateur
d’air au prétexte de la responsabilité de leur financement. La définition des cas contacts est restée identique malgré un virus plus transmissible. La politique de tests massive, pourtant exigée par de nombreux
scientifiques, est écartée par le ministère au profit d’une politique ciblée et d’éviction des cas contacts.

Lire le communiqué du SNUEP-FSU du 27/08/2021 complet ici.

Conclusions du Grenelle : vers un Nouvel affaiblissement du service public d’Éducation

Lors de la présentation des conclusions du Grenelle de l’Education, Jean-Michel Blanquer a annoncé de nouvelles discussions avec les organisations syndicales censées améliorer les conditions de travail et de revalorisation des personnels. Au bout de trois semaines et de dizaines d’heures de réunion, encore une fois,le gouffre est immense entre les paroles et les actes.Les groupes de travail avaient d’emblée des contours très flous. Pour exemple l’atelier dit « esprit d’équipe »reste à ce jour une énigme puisqu’il y a été question de tout sauf…du travail en équipe ! Mais derrière le flou, ont été confirmé des projets particulièrement dangereux pour nos métiers. Certaines mesures annoncées risquent aussi de renforcer les inégalités salariales entre les femmes et les hommes.

Lire le communiqué entier du 1207/2021 SNES/SNEP/SNUEP/SNUIPP du 12/07/2021.

Formation des enseignants et CPE

Hier 11 mars 2021, à l’appel d’enseignant·es, enseignant·es-chercheur·es, formatrices et formateurs,étudiant·es, une journée d’action dans les INSPÉ a vu se multiplier sur tout le territoire des initiatives et mobilisations contre la réforme de la formation des enseignant·es et des CPE et des concours,que le gouvernement compte mettre en place à la rentrée 2021.

Lire le communiqué de presse intersyndical complet ici.

Communiqué de presse – voie professionnelle.

Jean Michel Blanquer poursuit sa politique de destruction de la voie professionnelles ans tenir compte de la crise sanitaire exceptionnelle que nous subissons.Il prétend en faire une voie d’excellence, mais en réalité,aveuglé par son idéologie libérale,il n’a de cesse de l’ignorer, de la démanteler et de l’appauvrir.

Lire le communiqué de presse intersyndical complet du 16/02/2021 ici.

Meurtre d’une employée de Pole Emploi

La FSU exprime sa vive émotion et apporte son soutien aux familles et aux proches d’une collègue de Pôle Emploi tuée aujourd’hui dans l’exercice de ses fonctions à Valence, ainsi que d’une DRH dans son entreprise en Ardèche.

Bien que ses circonstances n’en soient pas encore connues précisément, ce drame illustre la difficulté d’accueil du public dans un contexte de crise récurrent. Il appelle une réponse en termes de protection des agent-es des services publics.

Lire le communiqué de la FSU complet du 28/01/2021 ici.

Réforme de la formation initiale et des masters MEEF : il faut dire STOP !

Depuis plus d’un an le ministère de l’Éducation nationale publie progressivement les textes qui serviront de base à ce qu’il annonce comme la « professionnalisation » de la formation des enseignants et enseignantes. 

En fait de «professionnalisation », il s’agit surtout :

– d’utiliser les étudiants MEEF comme moyens d’enseignement en les plaçant en responsabilité devant des classes ;

– de précariser les étudiants MEEF en les contractualisant ;

– de supprimer les décharges de service des lauréates et lauréats des concours dans leur année de fonctionnaires stagiaires, dégradant ainsi considérablement leurs conditions de travail et leur entrée dans le métier ;

– de déstructurer et réduire la formation universitaire aussi bien que professionnelle dispensée dans les universités, y compris au sein des INSPÉ, ce qui impacte aussi les qualifications disciplinaires et pédagogiques des concours.

Cette mise en responsabilité va alourdir considérablement leur année en les confrontant à une surcharge de tâches : préparer un concours, valider un master, assurer les apprentissages des élèves d’une ou plusieurs classes.

Ce qui guide avant tout le ministère, ce sont donc des considérations budgétaires.

Depuis plus d’un an que les discussions ont commencé, le ministère n’a pris en compte aucune des principales demandes faites par nos organisations syndicales. 

Il y a urgence à barrer la route à cette “réforme”. 

Nous appelons tous les collègues impliqués dans la formation des enseignantes et enseignants ainsi que des CPE, les étudiantes et étudiants, les stagiaires, à se réunir par tous les moyens possibles et à transmettre leurs motions pour : 

– refuser de se voir imposer des maquettes qui ne tiennent pas compte des impératifs de la formation en master (comme l’ont fait les personnels de l’INSPE de Paris) ;

– exprimer leur refus que des étudiantes et étudiants en formation soient mis en responsabilité devant élèves ;

– demander le respect des contenus disciplinaires, didactiques et de recherche des masters ;

– demander pour les lauréates et lauréats des concours, fonctionnaires stagiaires ; 

– un temps de service qui ne dépasse pas le tiers-temps afin de construire une entrée progressive dans les métiers ;

–  demander l’abandon de l’oral d’entretien des concours tel qu’il est présenté : formatage mettant de côté les qualifications disciplinaires, pédagogiques et didactiques ;

– se mettre en grève le 26 janvier dans le cadre du mouvement de toute l’éducation nationale et exiger une toute autre réforme de la formation initiale.

Rentrée 2021: pendant la pandémie, la casse continue!

La France traverse une crise sociale sans précédent. Pourtant le Ministère prépare la rentrée 2021 avec une forme de légèreté coupable sans prendre la mesure du caractère exceptionnel de la situation, ni même de l’état du second degré, exsangue après 4 ans de suppressions de postes, alors même que les effectifs augmentent.

Lors du comité technique ministériel préparant la rentrée 2021, les chiffres présentés confirment que l’avenir des collégiens, des lycéens et les conditions de travail des personnels ne sont pas la priorité de ce ministre. 1883 suppressions d’emplois de professeurs dans les collèges et les lycées, aucune création de postes de CPE, ou PsyEN alors même que les collèges et les lycées vont accueillir 43500 élèves supplémentaires. Les choix opérés prétendant pallier la crise économique laisse de nombreux jeunes sur le côté.

Lire le communiqué des SN de la FSU du 16/12 complet ici.

Urgence climatique, urgence sociale:la FSU demande la mise en œuvre des mesures préconisées par la convention citoyenne sur le climat.

La Ministre de la transition écologique a convoqué les partenaires sociaux pour débattre de son projet censé transposer dans la loi les mesures issues de la convention citoyenne sur le climat.La ministre a structuré la réunion autour de trois sujets particuliers : affichage environnemental et publicité, entreprises et salariés, écocide…Globalement, les interventions du patronat revenaient à critiquer toutes nouvelles contraintes liées au climat.

Lire le communiqué de la FSU du 11/12/2020 complet ici.

PFMP et examens 2021dans la voie pro: des aménagements qui ne protègent pas des iniquités

Le SNUEP-FSU a participé à une multilatérale au ministère sur les aménagements prévus pour les examens 2021 dans la voie professionnelle. L’annonce majeure, déjà faite dans une instance non représentative, le comité de suivi de la réforme, consiste à reconduire, pour la session à venir, les seuils minima de semaines de PFMP effectuées par les candidat-es déjà appliqués à la session 2020, suite au confinement.

Si, pour le SNUEP-FSU, cette annonce est une mesure de bon sens, elle ne résout en rien les problèmes d’équité qui vont se poser entre les candidat-es qui ont pu effectuer ces stages et les autres. D’autant que le ministère insiste toujours pour que les élèves fassent un maximum de PFMP pour se rapprocher du décompte ordinaire, hors crise sanitaire. Pour le SNUEP-FSU, il aurait été plus sage de geler toute période de stage au-delà des seuils fixés, de manière à équilibre rentre tout-es les candidat-es le nombre de semaines effectuées. Ce gel des PFMP permettrait également de redonner du temps aux enseignements en classe, malmenés par les organisations dérogatoires diverses liées à la crise sanitaire.

Lire le communiqué de presse du SNUEP-FSU complet ici.

POUR UN TRAITEMENT MOINS INÉGALITAIRE, UN REPORT DE LA PROCÉDURE D’AFFECTATION «PARCOURSUP» EST INDISPENSABLE

Malgré la situation de confinement due au coronavirus, le calendrier Parcoursup est maintenu sous prétexte que la procédure est totalement dématérialisée[1]. Les élèves ont donc jusqu’au 2 avril pour compléter leur dossier avec des documents demandés par certaines formations (CV, lettres demotivation, …) et confirmer leurs vœux.

Le communiqué de presse FSU complet ici