Archives de catégorie : SNUEP-FSU

Aménagement des examens 2021 dans la voie professionnelle = suppression pure et simple de disciplines!

Refusant depuis plusieurs mois d’envisager tout scénario sur les examens professionnels 2021 malgré les alertes récurrentes du SNUEP-FSU, le ministre annonce enfin ses arbitrages qui apportent toujours plus de confusions et de problèmes qu’ils n’en règlent! Est-ce à dire qu’il ne comprend toujours rien à la voie professionnelle ou qu’il continue de bafouer les élèves, les familles et les personnels de la voie professionnelle?

Lire le communiqué complet du SNUEP-FSU du 06 mai 2021 sur les examens.

Pour une neutralisation de la note de chef-d’œuvre en CAP

Malgré la crise sanitaire qui impacte considérablement la formation des élèves, le ministre de l’éducation nationale persiste à vouloir maintenir toutes les mesures de sa «transformation de la voie professionnelle». Ainsi, un de ses dispositifs emblématiques, le «chef-d’œuvre», pèsera lourdement sur la certification des élèves et des apprentis dès la session 2021, alors que la mise en œuvre de ce dispositif a été très chaotique.De nombreuses raisons devraient pourtant inciter le ministre à la plus grande prudence.

Dans la voie scolaire notamment, la note obtenue au chef-d’œuvre est composée à 50 % de contrôle continu et à 50 % d’un oral devant un jury. Les textes définissant ces modalités d’examen sont parus au BOEN en 2020 alors que la première année de formation était assez largement entamée. Sur cette même première année, le premier confinement est intervenu mi-mars, obérant toute possibilité de poursuivre les «enseignements» autour du chef-d’œuvre. La possibilité de tenir compte du contrôle continu sur cette période paraît donc bien incongrue.

Lire le communiqué commun SNUEP-FSU/SNPI-FSU du 15/04/2021.

LA STRATÉGIE BLANQUER: UN NAUFRAGE ANNONCÉ

L’annonce de la fermeture des établissements scolaires et de la modification du calendrier des vacances scolaires par le Président de la République est un nouveau désaveu fort du ministre Blanquer. Alors que le SNUEP-FSU,avec les personnels,exigeait des mesures strictes de protection sanitaire afin de maintenir les lycées ouverts, ce dernier s’obstinait à réduire le débat à sa vision manichéenne ouverture/fermeture –taclant au passage ses homologues européens.

Le ministre porte donc la lourde responsabilité de cette nouvelle situation aucunement anticipée qui, une fois de plus, va imposer aux enseignant·es une réorganisation pédagogique dans l’urgence.

Lire le communiqué complet de du SNUEP-FSU du 31 mars 2021.

Encore plus déterminé à défendre et promouvoir l’enseignement professionnel public

Les 25 et 26 mars, c’est dans un contexte particulier que le SNUEP-FSU a tenu une première partie de son 7econgrès national. La situation sanitaire a nécessité l’organisation des premiers débats par visioconférence. Le renouvellement démocratique des instances a ainsi pu s’effectuer. Un second temps est prévu à la fin du mois de juin pour fixer les mandats du syndicat.

Devant l’absence de réelles mesures de protection pour les personnels et les élèves malgré un contexte sanitaire qui se dégrade encore, les congressistes dénoncent la gestion erratique de la crise sanitaire dans l’Éducation nationale et appellent les personnels à signer massivement la pétition pour l’accès au vaccin des personnels de l’Éducation nationale.

Lire le communiqué complet de sortie de congrès du SNUEP-FSU du 29 mars 2021.

Prolongation des primes à l’embauche d’apprenti·es:nouveau coup bas porté aux lycées professionnels

À rebours de l’urgente nécessité d’élever le niveau de qualification des jeunes pour les armer contre les effets de la crise économique, le 15 mars 2021, le premier ministre a annoncé la prolongation de la prime à l’embauche d’apprenti·es jusqu’à la fin 2021. Les modalités restent les mêmes: 5000 euros pour l’embauche d’un·e apprenti·e de moins de 18 ans et 8000 euros pour les plus de 18 ans. L’argent public coule donc à flot pour un système de formation discriminant où l’intérêt des entreprises prime sur la sécurisation des parcours scolaire et professionnel des jeunes. Le coût estimé de cette prolongation est de 2,4 milliards d’euros qui viennent s’ajouter aux 2,3milliards déjà engagés depuis juillet2020dans le cadre du plan «1 jeune, 1 solution». Ainsi, en plus des aides habituelles,4,7milliards sont offerts aux entreprises pour «sauver» l’apprentissage -soit l’équivalent du budget annuel de l’État pour les lycées professionnels publics qui scolarisent 520 000 jeunes.

Lire le communiqué du SNUEP-FSU complet du 16 mars 2021

Inser’Jeunes: nouvelle manipulation gouvernementale pour développer l’apprentissage

Les ministères de l’Éducation nationale et du Travail viennent de lancer, le 9 février au soir, un nouveau site prétendant permettre aux jeunes et aux familles une lisibilité accrue sur les débouchés des filières professionnelles pour chaque formation professionnelle, du CAP au BTS, de chaque CFA ou chaque lycée professionnel.Avec le lancement de ce site Inser’Jeunes, le gouvernement met quasi exclusivement l’accent sur l’insertion professionnelle immédiate des jeunes dans un contexte de mise en concurrence des établissements.

Lire le communiqué du SNUEP-FSU du 11/02/2021 complet ici.

L’enseignement de la philosophie en lycée professionnel nécessite une mise en œuvre sereine

Lors du Conseil Supérieur de l’Éducation du 21 janvier 2021, le ministère a présenté un projet d’arrêté modifiant les modalités d’organisation de la co-intervention pour les classes de terminale bac pro. Ce projet d’arrêté prévoit, entre autres, l’introduction d’un atelier de philosophie.

Le SNUEP-FSU est depuis très longtemps demandeur d’un enseignement de philosophie pour tou·tes les élèves des lycées professionnels –enseignement qui doit être réfléchi et non calqué sur l’existant en LGT. Pourtant le SNUEP-FSU dénonce sa mise en œuvre telle que proposée par le ministre Blanquer: l’utilisation des heures de co-intervention pour instaurer des ateliers de philosophie n’est pas adaptée et profondément injuste pour certaines disciplines.

En effet, le financer en puisant dans les heures d’enseignement professionnel, mathématiques et français diminuera d’autant ces enseignements,déjà fortement réduits avec la transformation de la voie professionnelle voulue par le ministre. Dans les établissements, cela risque d’amplifier les tensions qui ne favoriseront pas l’implantation de cet enseignement.

Lire le communiqué du SNUEP-FSU du 22/01/2021 complet ici.

Rentrée 2021: pendant la pandémie, la casse continue!

La France traverse une crise sociale sans précédent. Pourtant le Ministère prépare la rentrée 2021 avec une forme de légèreté coupable sans prendre la mesure du caractère exceptionnel de la situation, ni même de l’état du second degré, exsangue après 4 ans de suppressions de postes, alors même que les effectifs augmentent.

Lors du comité technique ministériel préparant la rentrée 2021, les chiffres présentés confirment que l’avenir des collégiens, des lycéens et les conditions de travail des personnels ne sont pas la priorité de ce ministre. 1883 suppressions d’emplois de professeurs dans les collèges et les lycées, aucune création de postes de CPE, ou PsyEN alors même que les collèges et les lycées vont accueillir 43500 élèves supplémentaires. Les choix opérés prétendant pallier la crise économique laisse de nombreux jeunes sur le côté.

Lire le communiqué des SN de la FSU du 16/12 complet ici.

PFMP et examens 2021dans la voie pro: des aménagements qui ne protègent pas des iniquités

Le SNUEP-FSU a participé à une multilatérale au ministère sur les aménagements prévus pour les examens 2021 dans la voie professionnelle. L’annonce majeure, déjà faite dans une instance non représentative, le comité de suivi de la réforme, consiste à reconduire, pour la session à venir, les seuils minima de semaines de PFMP effectuées par les candidat-es déjà appliqués à la session 2020, suite au confinement.

Si, pour le SNUEP-FSU, cette annonce est une mesure de bon sens, elle ne résout en rien les problèmes d’équité qui vont se poser entre les candidat-es qui ont pu effectuer ces stages et les autres. D’autant que le ministère insiste toujours pour que les élèves fassent un maximum de PFMP pour se rapprocher du décompte ordinaire, hors crise sanitaire. Pour le SNUEP-FSU, il aurait été plus sage de geler toute période de stage au-delà des seuils fixés, de manière à équilibre rentre tout-es les candidat-es le nombre de semaines effectuées. Ce gel des PFMP permettrait également de redonner du temps aux enseignements en classe, malmenés par les organisations dérogatoires diverses liées à la crise sanitaire.

Lire le communiqué de presse du SNUEP-FSU complet ici.

Comité de Suivi de la Transformation de la Voie Professionnelle 02 décembre 2020 Déclaration préalable du SNUEP-FSU

En amont de notre introduction, le SNUEP-FSU tient à dénoncer les propos scandaleux indignes et irresponsables du ministre à l’égard d’un des syndicats de la FSU et de certaines organisations de jeunesses opposées à ses réformes. Les soupçons qui pèsent sur le ministre, le ministère et certains hauts responsables sont quant à eux extrêmement graves. Le SNUEP-FSU avec la FSU exige une enquête indépendante pour faire toute la lumière sur cette affaire de manipulation de la démocratie lycéenne à des fins partisanes. Et si les conclusions s’avéraient confirmer les soupçons, le ministre devra en tirer toutes les conséquences.

Lire la déclaration complète du SNUEP-FSU du 02/12/2020 ici.