Archives de catégorie : voie professionnelle

DES AMÉNAGEMENTS TARDIFS, APPROXIMATIFS ET IRRESPONSABLES

Depuis des mois, nos Organisations syndicales demandent la mise en place d’un plan d’urgence pour l’Éducation. Depuis le printemps, elles réclament des aménagements des programmes et des modalités d’examen pour les élèves de la voie pro particulièrement fragilisé·es par la crise sanitaire.

Niant la réalité, le ministre n’a rien voulu entendre. À un mois des épreuves et au pied du mur, il est contraint de prendre des dispositions pour aménager les examens, reconnaissant enfin l’existence de difficultés pour la session 2021. Pour autant, l’intersyndicale Voie Pro considère ses réponses comme inadaptées et inacceptables. Les élèves de la voie professionnelle vont devoir passer toutes leurs épreuves ponctuelles comme une année « ordinaire » alors que leurs homologues du LGT n’en passeront qu’une seule.  

Lire le communiqué intersyndical complet ici du 18/05/2021.

la veille des examens : situation très alarmante dans la voie professionnelle scolaire

Alors que la circulation virale est toujours alarmante, les semaines d’enseignement à distance et de vacances n’ont pas été mises à profit pour une réouverture des établissements scolaires dans des
conditions de sécurité sanitaire optimum. De plus, les problèmes numériques n’ont toujours pas été totalement résolus en cette première journée de reprise particulière. Alors que la vaccination de tous les personnels volontaires est une condition indispensable pour
maintenir les établissements ouverts, elle est largement chaotique pour les plus de 55 ans et la planification pour les autres agentes et agents de l’Education nationale n’est toujours pas actée.

Lire le communiqué intersyndical voie pro du 27/04/2021 ici.

Pour une neutralisation de la note de chef-d’œuvre en CAP

Malgré la crise sanitaire qui impacte considérablement la formation des élèves, le ministre de l’éducation nationale persiste à vouloir maintenir toutes les mesures de sa «transformation de la voie professionnelle». Ainsi, un de ses dispositifs emblématiques, le «chef-d’œuvre», pèsera lourdement sur la certification des élèves et des apprentis dès la session 2021, alors que la mise en œuvre de ce dispositif a été très chaotique.De nombreuses raisons devraient pourtant inciter le ministre à la plus grande prudence.

Dans la voie scolaire notamment, la note obtenue au chef-d’œuvre est composée à 50 % de contrôle continu et à 50 % d’un oral devant un jury. Les textes définissant ces modalités d’examen sont parus au BOEN en 2020 alors que la première année de formation était assez largement entamée. Sur cette même première année, le premier confinement est intervenu mi-mars, obérant toute possibilité de poursuivre les «enseignements» autour du chef-d’œuvre. La possibilité de tenir compte du contrôle continu sur cette période paraît donc bien incongrue.

Lire le communiqué commun SNUEP-FSU/SNPI-FSU du 15/04/2021.

L’intersyndical voie professionnelle écrit au ministre.

L’intersyndicale de la voie professionnelle exige de la considération et des moyens pour cette voie de formation sous statut scolaire Comme toujours,nous avons appris par les médias,et en même temps que le reste de la population, la décision de fermeture des établissements scolaires le 31 mars. Cette annonce,symbole de l’impréparation dont fait preuve le ministère depuis le début de la crise sanitaire impacte très lourdement,une fois encore, les lycéennes et lycéens professionnels et les personnels. La voie professionnelle,une voie toujours plus reléguée. En effet, ce troisième confinement conjugué au réaménagement des vacances scolaires de printemps percute les CCF, les PFMP et l’organisation des établissements. Déjà maintes fois repoussées, les certifications des PFMP doivent dorénavant faire l’objet de précisions réglementaires urgentes dans toutes les filières.Le nombre de CCF obligatoire doit aussi être revu afin de permettre aux enseignant·es et aux élèves une fin d’année la moins compliquée possible.De plus, les épreuves ponctuelles du Bac Pro 3 ans restent encore programmées quasi en l’état!

Des sujets aux choix doivent être envisagés afin de ne pas pénaliser les élèves.Votre posture a conduit les élèves de la voie pro et les PLP dans des difficultés grandissantes. Pourtant nos organisations syndicales n’ont eu de cesse de vous alerter et de vous faire des propositions qui auraient permis d’éviter l’anxiété et la pagaille que nous vivons aujourd’hui.

Lire le le courrier de l’intersyndicale VP du 15/04/2021.

Encore plus déterminé à défendre et promouvoir l’enseignement professionnel public

Les 25 et 26 mars, c’est dans un contexte particulier que le SNUEP-FSU a tenu une première partie de son 7econgrès national. La situation sanitaire a nécessité l’organisation des premiers débats par visioconférence. Le renouvellement démocratique des instances a ainsi pu s’effectuer. Un second temps est prévu à la fin du mois de juin pour fixer les mandats du syndicat.

Devant l’absence de réelles mesures de protection pour les personnels et les élèves malgré un contexte sanitaire qui se dégrade encore, les congressistes dénoncent la gestion erratique de la crise sanitaire dans l’Éducation nationale et appellent les personnels à signer massivement la pétition pour l’accès au vaccin des personnels de l’Éducation nationale.

Lire le communiqué complet de sortie de congrès du SNUEP-FSU du 29 mars 2021.

Prolongation des primes à l’embauche d’apprenti·es:nouveau coup bas porté aux lycées professionnels

À rebours de l’urgente nécessité d’élever le niveau de qualification des jeunes pour les armer contre les effets de la crise économique, le 15 mars 2021, le premier ministre a annoncé la prolongation de la prime à l’embauche d’apprenti·es jusqu’à la fin 2021. Les modalités restent les mêmes: 5000 euros pour l’embauche d’un·e apprenti·e de moins de 18 ans et 8000 euros pour les plus de 18 ans. L’argent public coule donc à flot pour un système de formation discriminant où l’intérêt des entreprises prime sur la sécurisation des parcours scolaire et professionnel des jeunes. Le coût estimé de cette prolongation est de 2,4 milliards d’euros qui viennent s’ajouter aux 2,3milliards déjà engagés depuis juillet2020dans le cadre du plan «1 jeune, 1 solution». Ainsi, en plus des aides habituelles,4,7milliards sont offerts aux entreprises pour «sauver» l’apprentissage -soit l’équivalent du budget annuel de l’État pour les lycées professionnels publics qui scolarisent 520 000 jeunes.

Lire le communiqué du SNUEP-FSU complet du 16 mars 2021

Communiqué de presse – voie professionnelle.

Jean Michel Blanquer poursuit sa politique de destruction de la voie professionnelles ans tenir compte de la crise sanitaire exceptionnelle que nous subissons.Il prétend en faire une voie d’excellence, mais en réalité,aveuglé par son idéologie libérale,il n’a de cesse de l’ignorer, de la démanteler et de l’appauvrir.

Lire le communiqué de presse intersyndical complet du 16/02/2021 ici.

L’enseignement de la philosophie en lycée professionnel nécessite une mise en œuvre sereine

Lors du Conseil Supérieur de l’Éducation du 21 janvier 2021, le ministère a présenté un projet d’arrêté modifiant les modalités d’organisation de la co-intervention pour les classes de terminale bac pro. Ce projet d’arrêté prévoit, entre autres, l’introduction d’un atelier de philosophie.

Le SNUEP-FSU est depuis très longtemps demandeur d’un enseignement de philosophie pour tou·tes les élèves des lycées professionnels –enseignement qui doit être réfléchi et non calqué sur l’existant en LGT. Pourtant le SNUEP-FSU dénonce sa mise en œuvre telle que proposée par le ministre Blanquer: l’utilisation des heures de co-intervention pour instaurer des ateliers de philosophie n’est pas adaptée et profondément injuste pour certaines disciplines.

En effet, le financer en puisant dans les heures d’enseignement professionnel, mathématiques et français diminuera d’autant ces enseignements,déjà fortement réduits avec la transformation de la voie professionnelle voulue par le ministre. Dans les établissements, cela risque d’amplifier les tensions qui ne favoriseront pas l’implantation de cet enseignement.

Lire le communiqué du SNUEP-FSU du 22/01/2021 complet ici.

COMMUNIQUÉ

Jean-Michel Blanquer prétend «revaloriser» la voie professionnelle, pour en faire une voie d’excellence, en réalité, il n’a de cesse de la démanteler et de l’appauvrir, la situation s’aggrave dangereusement dans les lycées professionnels. Personnels et élèves subissent les conséquences désastreuses de la réforme: épuisement, conditions de travail et d’études dégradées, savoir-faire professionnels et généraux au rabais, perte de sens du métier,déprofessionnalisation des formations…Sa volonté d’imposer l’apprentissage dans nos établissements fragilise nos statuts, dégrade toujours plus les conditions d’exercice de nos métiers et crée de nouvelles difficultés d’organisation pédagogique. Le service public d’enseignement professionnel a pourtant démontré, sa capacité à agir et à s’adapter pendant le confinement pour permettre à nos élèves de poursuivre leur scolarité.

Lire le communiqué intersyndical VP du 08/12/2020 complet ici.

communiqué de presse vp

Les organisations syndicales de la voie pro, CGT Éduc’action, SE UNSA, SNALC, SNETAA FO, SNUEP FSU, SUD Éducation se sont réunies pour faire le bilan de la période de crise sanitaire que nous venons de vivre et sur les mesures nécessaires pour la préparation de la rentrée.Elles font le constat que les élèves de LP ont plus que les autres pâti de la fermeture des établissements et des difficultés liées à la mise en œuvre de la continuité pédagogique.

Lire le communiqué intersyndical VP du 22/06 complet ici.