CTMEN du 7 avril 2021 Déclaration liminaire de la FSU

Une semaine après l’allocution du Président de la République, en dépit de ses satisfecit répétés tout au long de ces derniers mois, la réalité est qu’il s’est trompé: au cours des dernières semaines, il a pris seul les décisions, fondant la politique sanitaire du pays sur des paris, méprisant l’alerte des scientifiques comme le débat démocratique, et s’est enfoncé dans un jusqu’au-boutisme dont toute la population paie maintenant le prix lourd.

La FSU s’inquiète des conséquences dramatiques de cette gestion incohérente et de ce reconfinement qui exposent une partie de la population à une grande précarité et va engendrer aussi son lot de souffrances sur le plan psychologique. Elle s’inquiète particulièrement pour les élèves les plus fragiles.

Le ministre de l’Éducation nationale s’enfermant dans le déni des difficultés concrètes que pose la crise sanitaire dans les écoles et les établissements, a réduit l’ensemble des problèmes posés à une question binaire: ouverture ou fermeture des lieux scolaires. Il porte une lourde responsabilité dans la situation actuelle.

Lire la déclaration liminaire de la FSU lors du CTMEN du 7 avril 2021.

LA STRATÉGIE BLANQUER: UN NAUFRAGE ANNONCÉ

L’annonce de la fermeture des établissements scolaires et de la modification du calendrier des vacances scolaires par le Président de la République est un nouveau désaveu fort du ministre Blanquer. Alors que le SNUEP-FSU,avec les personnels,exigeait des mesures strictes de protection sanitaire afin de maintenir les lycées ouverts, ce dernier s’obstinait à réduire le débat à sa vision manichéenne ouverture/fermeture –taclant au passage ses homologues européens.

Le ministre porte donc la lourde responsabilité de cette nouvelle situation aucunement anticipée qui, une fois de plus, va imposer aux enseignant·es une réorganisation pédagogique dans l’urgence.

Lire le communiqué complet de du SNUEP-FSU du 31 mars 2021.

Allocution d’Emmanuel Macron: constat d’échec

Le Président de la République a annoncé une nouvelle étape dans les mesures sanitaires, pour freiner l’épidémie avec notamment l’avancée et le dézonage des congés scolaires associé à un passage en distanciel des enseignements.

Il y est acculé aujourd’hui parce qu’en dépit de ses satisfecit répétés, il s’est trompé: au cours des dernières semaines, il a pris seul les décisions, méprisant l’alerte des scientifiques comme le débat démocratique, et s’est enfoncé dans un jusqu’au-boutisme dont toute la population paie maintenant le prix lourd.

Lire le communiqué complet, suite à l’allocution du président de la république, de la FSU du 31 mars 2021.

Encore plus déterminé à défendre et promouvoir l’enseignement professionnel public

Les 25 et 26 mars, c’est dans un contexte particulier que le SNUEP-FSU a tenu une première partie de son 7econgrès national. La situation sanitaire a nécessité l’organisation des premiers débats par visioconférence. Le renouvellement démocratique des instances a ainsi pu s’effectuer. Un second temps est prévu à la fin du mois de juin pour fixer les mandats du syndicat.

Devant l’absence de réelles mesures de protection pour les personnels et les élèves malgré un contexte sanitaire qui se dégrade encore, les congressistes dénoncent la gestion erratique de la crise sanitaire dans l’Éducation nationale et appellent les personnels à signer massivement la pétition pour l’accès au vaccin des personnels de l’Éducation nationale.

Lire le communiqué complet de sortie de congrès du SNUEP-FSU du 29 mars 2021.

Epidémie: l’école sous tension

JM Blanquer a réuni aujourd’hui les organisations syndicales pour faire un point sur la situation sanitaire puis a présenté les mesures lors d’un point presse.Au cours de la réunion, la FSU a alerté sur une situation critique et qui se dégrade dans les écoles et établissements scolaires, résultat du manque d’anticipation et d’absence de décisions fortes. La FSU a en particulier insisté sur la nécessité de prendre de manière beaucoup plus systématique des décisions de fermetures de classes et écoles quand la situation le rendait nécessaire. L’accueil des élèves dans les classes lorsque les enseignant-es ne sont pas remplacé-es induit un brassage d’élèves totalement contraire aux préconisations sanitaires. L’annonce, lors de la conférence de presse, de la fermeture de classes dès le premier cas de covid dans les 19 départements dits “confinés” va dans le bon sens. Mais le recrutement annoncé de personnels supplémentaires sera-t-il suivi d’effets ?

Lire le communiqué complet de la FSU du 26 mars 2021.

La DGRH l’avoue sans fard : la réforme de la formation permettra derecruter moins d’enseignant-es !

Ce que la FSU redoute et dénonce depuis des mois est confirmé : le Ministère s’apprête à recruter des étudiant-es sous contrat payé-es 660€net pour assurer des missions d’enseignement dans les écoles, les collèges et les lycées, en lieu et place de fonctionnaires.

En réunion de concertation vendredi 19 mars, le DGRH a expliqué qu’il n’y avait nul besoin de reconduire le concours supplémentaire de recrutement des professeur-es des écoles dans l’académie de Versailles, étant donné l’arrivée à la rentrée prochaine des étudiant-es alternant-es en M2, que prévoit la réforme Blanquer de la formation.

Lire le communiqué de la FSU complet du 26/03/2021.

Vaccination des personnels:des annonces…. Et maintenant, vite des actes!

Le président de la République a annoncé que les enseignant-es pourraient être vacciné-es à partir de «la mi-fin-avril», comme personnels pouvant bénéficier d’une forme de priorité. Enfin! Par la même occasion, Emmanuel Macron reconnaît enfin que les personnels étaient, par leurs conditions d’exercice, particulièrement exposés au Covid-19. Chose que Jean-Michel Blanquer n’avait jamais daigné faire jusqu’ici! Il était temps! La FSU intervenait depuis plusieurs mois auprès du ministère pour accélérer la vaccination de tous les personnels qui travaillent sur les lieux scolaires, et pas uniquement des enseignant-es.

Lire la communiqué complet de la FSU du 24 mars 2021 complet ici

Déclaration liminaire de la Fédération Syndicale Unitaire .

La crise sanitaire dans laquelle nous sommes plongé-es depuis plus d’un an s’est enracinée sur un système éducatif qui était déjà en très grandes tensions.Cette crise est loin d’être terminée et les dernières données sont particulièrement inquiétantes. Le ministre continue de faire comme si le risque de contamination s’arrêtait à la porte de l’école ; il considère même que le risque accru de 30% pour les parents de lycéens ou de collégiens est acceptable, comme si l’alternative était la fermeture et la déscolarisation. Le ministre de l’Education est aussi en mesure de dire que les enseignants font partie des catégories professionnelles les moins contaminées, nous demandons que les données sur lesquelles il s’appuie soient communiquées au CHSCT ministériel.

Lire la déclaration FSU au CHSCTMEN du 23 mars 2021 .

Déclaration du SNUEP-FSU CAPN des PLP du 23 mars 2021

Cette CAPN se tient alors que l’épidémie de coronavirus continue d’aggrave rles conditions de vie et de travail, de dégrader la santé du plus grand nombre. Les établissements sont des lieux de circulation du virus mais le protocole reste allégé, rien n’est fait pour prendre la réalité en compte. Alors que dans les zones rouges la demi-jauge est une obligation, le retour en classe entière est la règle, l’aération des salles par la seule ouverture des fenêtres est impossible en cette saison, les contrôleurs de CO2restent aux abonnés absents… Malgré l’annonce de M. Macron de ce jour, la vaccination des enseignant·es, qui ne sont toujours pas considéré·es prioritaires, est repoussée alors que les établissements scolaires sont considérés comme les derniers à fermer.Pourtant, les lycées professionnels tiennent grâce à l’investissement des professeur·es de lycée professionnel. Il est plus que temps de réellement revaloriser les carrières et rémunérations de toutes et tous et de leur donner les moyens de faire leur métier, vraiment.

Lire la déclaration complète du SNUEP-FSU à la CAPN des PLP du 23 mars 2021.

Déclaration SNES/SNUEP-FSU CAPN CPE du 23 mars 2021

Cette CAPN, la der des der, ne sera pas l’occasion d’échanges en direct, crise sanitaire oblige. À notre colère d’avoir été éjectés de toutes les opérations de gestion des carrières et des affectations par la loi dite de transformation de la fonction publique,s’ajoute notre tristesse de partir sans saluer les personnels du ministère avec qui nous avons travaillé en confiance au fil des années malgré les divergences de point de vue qui peuvent exister entre représentants du personnel et représentants de l’administration.

Nous redisons notre condamnation de cette loi, outil de casse du modèle social français : moins de transparence, moins de dialogue social ouvrent la porte à toutes les dérives et ne peuvent que nuire à l’image du service public ! Il ne s’agit pas,comme prétendu, de rénover le dialogue social mais de le rendre impossible, il ne s’agit pas de mieux accompagner les agents dans leur carrière, mais de les soumettre aux injonctions managériales, de casser tous les cadres collectifs et les coopérations qui sont pourtant des gages de l’efficacité des Services Publics eux-mêmes au service de l’intérêt général et non des intérêts particuliers. Bref, un retour à la situation qui prévalait avant 1945.

Lire la déclaration complète SNES/SNUEP lors de la CAPN du 23/03/2021.

Académie de Versailles