CTMEN du 8 juin 2022. Déclaration liminaire de la FSU.

Pour ce premier comité technique ministériel de l’Éducation nationale depuis la prise de fonctions du nouveau ministre, la FSU ne peut que regretter son absence pour cette réunion.
C’est dommage ! Vraiment ! Et ce d’autant plus que beaucoup d’observateurs de la vie de l’Education nationale ont commenté sa nomination comme un signal politique envers les personnels pour, au moins symboliquement, « tourner la page » du personnage Blanquer, tant celui-ci était largement conspué par les personnels. Ceux-ci même qui, tous les jours, font vivre le service public d’éducation, qui en dispensant l’acte éducatif, qui en orientant, qui en accompagnant en santé ou socialement les élèves, ou encore en encadrant, en administrant, en soutenant techniquement ou pédagogiquement ou en gérant le système éducatif, dans les académies, les écoles, les collèges, les lycées…
Toutes les politiques publiques menées lors de ce quinquennat n’ont été pensées que par le biais d’économies de moyens et sans aucune considération ni pour les élèves, ni pour les personnels, leurs métiers et leurs expressions. Bref, au total, s’il fallait résumer par quelques mots-clés le quinquennat passé pour l’éducation nationale, viendraient à
l’esprit d’une grande majorité de collègues de tous les métiers ceux de « désorganisation », «mépris », « saccage », « fiasco », « chaos » même…

Lire la déclaration complète au CTMEN du 08/06/2022 ici.

Les PLP ne sont pas des bénévoles :l’intersyndicale de la voie pro exige de rémunérer les oraux de chef-d’œuvre !

L’absence d’anticipation et le refus irresponsable du ministère d’aménager les épreuves des diplômes professionnels 2022 ont de graves conséquences dans les lycées professionnels : les personnels sont
surchargés de travail et les élèves perdent encore des heures de cours.
Aux activités professionnelles habituelles des PLP en fin d’année : enseigner, organiser les CCF, effectuer les visites de stage, corriger les épreuves et préparer la rentrée, s’ajoutent deux missions
supplémentaires imputables à la Transformation de la voie professionnelle et à la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel ». Cette dernière, en libéralisant le marché de la formation et de l’apprentissage, a généré une multiplication de candidat·es au CAP dans les CFA privés, que les PLP doivent certifier. Ainsi de nombreuses convocations sont tombées empêchant les enseignant·es d’assurer les cours dus aux élèves.

Lire le communiqué intersyndical VP du 07/06/2022.

La FSU soutient la journée d’action du 7 juin pour l’hôpital public et la santé.

La FSU exprime son soutien à la journée nationale d’action de ce 7 juin pour l’hôpital public et la santé, à l’appel de la Coordination de défense des hôpitaux et maternité de proximité. Fermetures de services
d’urgence, déprogrammation d’opérations, etc. : la situation de l’hôpital public en France est de plus en plus critique, mettant en danger la vie de chacun-e des habitant-es de ce pays.
Chacun-e est en effet susceptible d’avoir un accident ou de tomber malade et d’avoir besoin rapidement de soins de bonne qualité. Or les conditions de travail sont devenues tellement mauvaises en raison de la baisse des effectifs, et les rémunérations tellement peu attractives en raison du gel du point d’indice servant à rémunérer les agent-es publics, que les postes vacants ne parviennent même plus à être pourvus.

Lire le communiqué complet de la FSU du 07/06/2022 ici.

Nouveau ministre, nouveau style, à quand les actes ?

La FSU a été reçue par le nouveau ministre ce mardi 24 mai. Elle a porté les exigences de mesures rapides pour les salaires et les conditions de travail des personnels.
Le ministre s’est posé en rupture des méthodes de Jean-Michel Blanquer mais sur le fond, aucun engagement n’a été pris. Il en est resté à des considérations très générales. Pourtant, pour la FSU, faceun état d’urgence dans l’Éducation Nationale, tant pour les élèves que pour les personnels, il est indispensable de prendre rapidement des mesures à la hauteur des enjeux.

Lire le communiqué de la FSU du 24052022 complet ici.

La feuille de route très libérale du nouveau gouvernement.

Le gouvernement annoncé vendredi 20 mai s’inscrit en parfaite continuité avec le précédent. Le candidat Macron avait promis un gouvernement social et écologique, au final, il n’est ni l’un, ni l’autre. Ainsi, l’écologie n’apparaît qu’en cinquième et seizième position sur dix-sept dans l’ordre protocolaire de présentation des ministres, comme un symbole de la relégation de ces dossiers derrière les ministères
régaliens, actant une forme de renoncement coupable et de reniement des promesses électorales. Les dossiers de la transition écologique et de la transition énergétique sont séparés, le lien avec l’industrie,
l’agriculture, l’emploi ou les solidarités (autres ministères) n’est pas fait. Alors que la question est cruciale, les ministères du logement et des transports disparaissent. Le tout constitue un signal très
négatif, au mieux de non-compréhension des enjeux, au pire de négligence assumée. Les questions environnementales et climatiques demandent une prise en charge globale, et une primauté sur les autres
sujets : il y a urgence et l’occasion est une fois de plus manquée. Les positions favorables au modèle agricole dominant du nouveau ministre Marc Fesneau (s’étant prononcé par exemple contre l’interdiction
du glyphosate en 2018), et par ailleurs le fait que lors de la passation à peine 3 mots aient été prononcés sur l’enseignement agricole public, nous font d’ores et déjà craindre la poursuite d’une prépondérance des
lobbies dans la gouvernance de ce ministère.

Lire le communiqué de la FSU du 24052022 complet ici.

CAP et bac pro : de nouvelles modalités d’évaluation qui ne doivent pas rester bénévoles. Le SNUEP-FSU revendique une contrepartie financière immédiate pour les PLP.

Le SNUEP-FSU est saisi par de nombreux collègues sur l’organisation intenable et épuisante de cette fin d’année scolaire. Lors d’une audience, le SNUEP-FSU a donc alerté la DGESCO sur les difficultés
majeures rencontrées par les personnels et sur leurs inquiétudes quant aux résultats du CAP et du bac pro pour les élèves de la voie professionnelle.
Aux missions habituelles des PLP (cours, visites de stages, organisation des CCF, surveillances…), s’ajoutent cette année les certifications du chef-d’œuvre et une multiplication des convocations pour
faire passer les oraux de CAP des candidat·es hors scolaires dans des CFA.

Lire le communiqué complet du SNUEP-FSU du 24052022.

Complicité de France compétences pour fragiliser les formations et les diplômes professionnels

Comme chaque année depuis 3 ans, France Compétences publie les fiches de description synthétiques des 28 métiers prétendument émergents ou en cours d’évolution. Le label « émergent » autorise une procédure d’enregistrement simplifiée des modalités de certifications.
Parmi les métiers cités, un bon nombre bénéficie déjà de qualifications reconnues depuis de nombreuses années comme ceux de couvreur, plombier-chauffagiste, serrurier métallier ou encore technicien en
électronique ou technicien d’installation et de maintenance de systèmes énergétiques.
Le SNUEP -FSU rappelle que ce sont les diplômes qui, dans les cas cités ici existent déjà, valident la formation à ces métiers et que les lycées professionnels sont tout à fait aptes et performants pour former les jeunes. Il est éclairant de rappeler que les formations conduisant aux métiers cités comme émergents ont été fermées ou fortement réduites ces dernières années pour des raisons purement budgétaires…

Lire le communiqué du SNUEP-FSU complet du 22052022 ici.

Pap Ndiaye ministre de l’Éducation nationale La rupture avec J.-M. Blanquer doit se concrétiser par des actes forts

Pap Ndiaye est donc nommé sur un des ministères les plus éprouvés par cinq années de réformes destructrices qui ont accru les inégalités, augmenté le décrochage scolaire et conduit les personnels
vers un niveau d’épuisement professionnel jamais atteint. Le contexte de crise sans précédent dans l’éducation nationale doit obliger le gouvernement à flécher un budget fortement augmenté pour
permettre la mise en œuvre de politiques éducatives ambitieuses.
Ce nouveau ministre doit répondre rapidement aux fortes attentes de la profession sur les salaires et rompre avec les politiques précédentes considérant qu’une valorisation devait être conditionnée à
des missions supplémentaires. Une augmentation de 10 % de la valeur du point d’indice doit être arbitrée immédiatement sans contrepartie et toutes nos missions doivent être revalorisées. La question du recrutement est primordiale et urgente car les choix opérés par J.-M. Blanquer ont conduit à une désertion alarmante des candidat∙es au métier, ce qui laisse présager une rentrée catastrophique avec des centaines de classes qui se retrouveront sans professeur∙es dès septembre.

Lire le communiqué complet du SNUEP-FSU du 20/05/2022

Le recrutement des enseignant-es:une urgence à traiter pour le nouveau ministre de l’Education nationale

La publication des résultats d’admissibilité aux concours externes montre que dans le premier comme le second degré, le nombre de nouvelles enseignantes et nouveaux enseignants réellement recruté-es sera très inférieur au nombre de postes ouverts aux concours.
Le ministère affirme que cette situation a été anticipée et que les élèves auront toutes et tousdes enseignant-es devant elles et eux à la rentrée. Sa volonté inavouée est pourtant bien defavoriser le recours aux contractuel-les que pourtant les rectorats peinent à recruter. Finalement, de très nombreuses classes se retrouveront sans professeur-e à la rentrée.
Depuis 6 mois, le ministère refuse de publier les chiffres des inscrit-es aux différents concours. Il s’est donc évertué à cacher l’ampleur des effets de la réforme qu’il a imposée à toute la profession, alors que le vivier de candidat-es ne cesse de se réduire depuis 20 ans.

Lire le communiqué de la FSU complet du 20052022 ici

Académie de Versailles