L’intersyndicale fonction publique écrit à la première ministre.

Madame la Première Ministre,
Vous prenez vos fonctions dans un contexte où plus que jamais nous avons besoin d’un service public de l’Education renforcé. Or l’Ecole publique et laïque a subi de profonds bouleversements ces dernières années. La multiplication des réformes imposées à marche forcée et le manque chronique de moyens ont dégradé les conditions de travail des personnels et des élèves. Une politique salariale inadaptée aux défis des rémunérations des personnels a conduit à un recul du niveau de vie des
personnels. Les personnels aux plus faibles rémunérations en particulier les AESH, les AED, la plupart des contractuels se trouvent dans une précarité inacceptable. Le déficit d’attractivité des métiers de l’Education nationale et de l’Enseignement agricole public s’amplifie année après année.

Lire le courrier complet de l’intersyndical fonction publique du 18052022.

L’intersyndicale fonction publique écrit au président de la république et à la première ministre.

Paris, le 17 mai 2022
Monsieur le Président,
Madame la Première ministre,


Ces deux dernières années en particulier, la nécessité des services publics pour la population et l’engagement sans faille des agents publics ont été reconnus et salués Pour autant, force est de constater que la traduction concrète et à la hauteur nécessaire de cette reconnaissance n’est pas au rendez-vous.
En ce tout début de quinquennat, nos organisations syndicales CFE CGC, CFTC,CGT, FA, FO Etat, FSU, Solidaires et UNSA de la Fonction publique estiment que des mesures importantes doivent être prises sans attendre. C’est pourquoi, dans le cadre d’une démarche unitaire inédite justifiée par la hauteur des enjeux, elles ont décidé de vous solliciter en ce début de mandat.
La première des urgences est celle des salaires et du pouvoir d’achat. La situation actuelle en la matière est inacceptable.

Lire le courrier intégrale de l’intersyndicale fonction publique du 17/05/2022.

Lutte contre les LGBTIphobies : l’Éducation Nationale peut largement mieux faire

Après le suicide de Doona, étudiante trans de Montpellier en septembre 2020 et celui d’Avril en décembre 2020, celui de Dinah en octobre 2021, victime de lesbophobie, nous apprenons celui d’un élève trans au Mans. Si des actions ont été mises en place par le ministère au cours du mandat écoulé, si un plan de mobilisation contre la haine et les discriminations anti-LGBT a été édicté, la politique des cinq dernières années a trop souvent été teintée d’ambiguïtés et les moyens ont trop souvent manqué.

Lire le communiqué du collectif éducation contre la LGBTIphobie du 17/05/2022.

Appel à la mobilisation pour un monde d’égalité, un monde de paix!

Ce 17 mai, journée internationale de lutte contre les LGBTphobies, est importante dans la lutte pour l’égalité et contre les discriminations. Après deux années de pandémie, les vies militantes associative et syndicale notamment pour les personnes LGBTQI+, reprennent enfin leur cours. Il est temps aussi de remettre leurs revendications en avant !
Celles-ci n’ont trouvé que peu de places dans les expressions politiques des échéances électorales nationales de 2022 qui n’ont fait émerger aucune proposition forte en la matière dans le débat public. Pourtant, le monde du travail demeure un des lieux d’expression des discriminations et notamment des LGBTphobies : injures, harcèlements, mépris, « outing » forcés, inégalités de traitement ou d’avancement de carrière, etc. Le niveau de protection des salarié∙es est toujours très insuffisant.

Lire le communiqué intersyndical complet du 17052022.

Sécurité et Santé au travail : la France à la traîne !

Depuis 2003, l’Organisation internationale du travail fait du 28 avril la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail. Cette année, l’OIT met l’accent sur l’importance du dialogue social tripartite (Etat, employeurs, salarié-es) pour nourrir « une culture positive de
la santé et de la sécurité ».
La France est très loin du compte : la loi de transformation de la Fonction publique, les effets du néomanagement, la dégradation des conditions de travail en raison de restrictions budgétaires pèsent lourdement sur la santé des agent-es de la Fonction publique. Pour la FSU, il y a urgence à changer de cap !

Lire le communiqué complet de la FSU du 27/04/2022 ici.

L’extrême droite battue, continuons nos combats pour consolider la démocratie et agir pour le progrès social.

Dès le 1er mai, mobilisons-nous pour les salaires, les emplois, les
conditions de travail.
La FSU se félicite que le danger immédiat d’une accession au pouvoir de
l’extrême droite à l’occasion de l’élection présidentielle, soit écarté. La FSU avait appelé à la battre politiquement, le résultat de ce soir est une étape qui va dans ce sens.

Lire le communiqué complet de la FSU du 24/04/2022.

Bélarus : Non à la répression du mouvement syndical et anti-guerre !

Bélarus : La FSU exige la libération immédiate des syndicalistes
arrêtés et d’Alexandre Yaroshuk, dirigeant du BKDP.

Non à la répression du mouvement syndical et anti-guerre !
Au Bélarus, plusieurs dizaines de militants syndicaux ont été arrêtés le 20 avril par la police du régime de Loukachenko. Les arrestations touchent également des membres de leurs familles. Parmi eux, Alexandre Yaroshuk, dirigeant du BKDP, Congrès biélorusse des syndicats démocratiques, qui regroupe quatre syndicats sectoriels indépendants et compte environ 10 000 membres.

Lire le communiqué complet de la FSU du 23/04/2022 ici

déclaration du SNUEP-FSU versailles à la CAPA congés de formation du 19/04/2022

Pour commencer, le SNUEP-FSU dénonce la fin du partarisme voulue par notre employeur qui laisse les fonctionnaires seuls face à lui. Bien loin des fantasmes, le paritarisme n’est ni un instrument de cogestion ni un outil de contrôle sur l’administration mais un espace de dialogue qui avait permis d’améliorer le service et de diminuer les tensions. La dégradation des relations humaines qui découlent de cette décision s’ajoute à la maltraitance subie par les personnels.

  Pour mesurer l’état d’esprit des PLP, le SNUEP-FSU a chargé Harris interactive de mener une enquête en donnant la parole aux professeurs de lycée professionnel (PLP) pour qu’ils évaluent le quinquennat Macron-Blanquer sur la voie professionnelle. Cette enquête révèle que pour 79 % des PLP, la réforme ne permet pas d’atteindre les objectifs de formation. Ils la rejettent cette réforme à 71 % et, considèrent à 66 % que les dispositifs génèrent une perte de sens du métier. Si à peine la moitié des PLP apprécient la co-intervention, un quart seulement sont satisfaits du chef-d’œuvre et des familles de métiers. Les trois-quarts des PLP dénoncent la perte d’heures allouées ainsi que la qualité des programmes et des référentiels, avec pour conséquence d’entraver la réussite des élèves. Neuf PLP sur dix (90%)  considèrent que sa rémunération n’a pas augmenté ces cinq dernières années. E. Macron et J-M Blanquer n’ont pas amélioré le pouvoir d’achat des PLP qui, pour trois quarts d’entre eux, ne sont pas satisfaits de leur rémunération. Politique menée, propos et salaires insuffisants ont pour conséquences que 82 % des PLP ne sont pas satisfaits de la reconnaissance que leur accorde l’Éducation nationale.

Lire la déclaration complète du SNUEP-FSU versailles lors de la CAPA du 19/04/2022 ici.

Appel unitaire« Non » à l’extrême droite, pour la justice et l’égalité !

L’extrême droite est à nouveau présente au second tour de l’élection présidentielle,forte d’un niveau de voix jamais atteint. Nous refusons de la voir accéder au pouvoir. Les causes en sont diverses et anciennes, elles ont été analysées et sont connues.
Les responsabilités sont à chercher du côté des politiques ultralibérales menées depuis des années qui ont exacerbé les injustices et les inégalités sociales, enfoncé des territoires et des populations dans la précarité et le désarroi. Nos organisations les ont combattues, comme elles ont dénoncé les attaques portées contre les libertés. Elles les dénonceront encore demain, sans désemparer face à l’adversité.

Lire l’appel unitaire commun des syndicats et associations ici du 14042022

Déclaration de la FSU au CSE du 7/04/2022

A la veille du premier tour de l’élection présidentielle, la FSU réaffirme que la politique menée par Emmanuel Macron a nourri la progression des idées d’extrême droite. Cette politique empreinte de démantèlement des outils de la démocratie sociale, de démantèlement des services publics, d’une gestion catastrophique de la crise sanitaire, d’atteintes aux libertés individuelles et collectives, d’une gestion très restrictive d’accueil des migrant-es, d’une baisse de la fiscalité au profit des plus riches et des entreprises, d’une répression de la contestation sociale, d’une aggravation des inégalités et d’un  développement de la précarité et de la pauvreté a nourri la désespérance d’une partie toujours plus importante de la population et risque d’alimenter l’abstention dès le premier tour de l’élection présidentielle.

Dans ce contexte, la FSU appelle l’ensemble des électrices et électeurs à aller voter massivement le 10 avril 2022. Nous avons besoin que les idées et revendications du monde du travail que nous représentons se fassent entendre aussi dans les urnes. Pour cela, la FSU appelle à voter pour les candidat-es dont le programme permettra un réinvestissement dans les Services Publics, le retour à une retraite à 60 ans à taux plein, une égalité femmes-hommes dont l’égalité salariale, une politique d’accueil de tou-tes les réfugié-es et un changement de politique économique et sociale pour faire face à l’urgence climatique.

Continuer la lecture de Déclaration de la FSU au CSE du 7/04/2022

Académie de Versailles