Communiqué Éducation nationale Sortir du déni

La FSU a quitté le Conseil supérieur de l’Éducation de ce jour,jeudi 23 janvier 2020. Alors que se prépare la rentrée 2020 dans un contexte de pénurie de moyens, alors qu’une mobilisation importante est en cours dans les lycées contre les difficultés de fond et de forme posées par les E3C, les réformes des lycées et du baccalauréat, le ministère répond en CSE à la communauté éducative que tout se passe techniquement bien et que les problèmes proviennent principalement de personnels outrepassant le droit de grève.

Il faut que le déni de réalité cesse.

La FSU appelle à la reprise d’un dialogue à l’écoute de la communauté éducative, des personnels et des organisations syndicales.

Le communiqué FSU ici.

Communiqué de presse du 23 janvier 2020Le ministre tente de museler la parole des élus des personnels

Lors du conseil commun de la Fonction publique du mercredi 22 janvier consacré à l’étude du seul article du projet de loi sur la réforme des retraites soumis à son avis, le ministre a tenté d’empêcher la lecture de la déclaration intersyndicale CGT, FSU, FO, Solidaires, FA-FP. Froissé que les élu-es des personnels manifestent leur mécontentement sous forme de pancartes, il a perdu son sang-froid et a tenté d’imposer la discussion sur les amendements alors que le représentant de l’intersyndicale lisait la déclaration. Ne lui en déplaise cette lecture a été poursuivie jusqu’à son terme.

Le communiqué intersyndical commun FP ici.

Continuer la lecture de Communiqué de presse du 23 janvier 2020Le ministre tente de museler la parole des élus des personnels

Declaration de la fsu au cse du 23 janvier

Monsieur le Ministre,

Les personnels de l’éducation sont depuis décembre dernier, dans un mouvement social interprofessionnel, déterminés à lutter contre le projet de réforme des retraites. Les grèves lors des appels nationaux notamment les 5 et 17 décembre et le 9 janvier sont majoritaires dans la profession, voire donnent lieu à des taux de grévistes historiques par établissements et écoles. De nombreuses motions sont votées dans les universités (départements, facultés).

L’implication des personnels de l’éducation dans ce mouvement social est liée à plusieurs facteurs. D’une part, le rejet déterminé de la réforme des retraites et le refus du projet de société qu’il induit, profondément inégalitaire. D’autre part, l’exaspération professionnelle des personnels alimentée par des reformes imposées, des conditions de travail dégradées, une gestion managériale déshumanisée et un manque de reconnaissance qui s’illustre par l’absence de revalorisation salariale subie depuis des années.

La mobilisation de demain, 24 janvier, temps fort décidé par l’interprofessionnelle, montrera encore une fois la très forte détermination des personnels de l’éducation à demander le retrait de ce projet de réforme.

La déclaration complète de la FSU au CSE ici.

APPEL A LA GREVE du 24 janvier

Le ministre de l’Éducation nationale a reçu les organisations syndicales pour leur présenter le cadre de ce que le ministère appelle la concertation avec les organisations syndicales sur la réforme des retraites. Si la FSU s’y est rendue, c’est parce que la revalorisation des enseignant-es, mais aussi celle de tout-es les personnels de l’éducation nationale et de tout-es les personnels de la Fonction publique, fait partie de ses priorités et parce qu’elle dissocie clairement cette question de la création d’un régime universel de retraite. Elle ne discute pas d’une compensation aux effets d’une réforme qu’elle rejette mais de la reconnaissance à sa juste valeur de l’engagement des personnels, et cela sans contreparties.

Elle exige, sur cette base, l’ouverture de discussions globales dans l’ensemble de la Fonction publique : agents administratifs, personnels sociaux et de santé de l’Éducation nationale et des autres ministères, agents territoriaux, hospitaliers, etc, n’ont-ils pas, elles et eux aussi, des salaires très souvent insuffisants, des missions qui se sont alourdies sans aucune reconnaissance salariale ?

Plus que jamais, la mobilisation doit donc continuer dans le cadre interprofessionnel, pour que la revalorisation soit immédiate, ambitieuse et concerne l’ensemble des fonctionnaires, pour que le projet de réforme des retraites soit retiré.

Aujourd’hui, le ministre annonce 500 millions d’euros supplémentaires pour augmenter les rémunérations des enseignant-es en 2021 qui permettraient d’augmenter les collègues en début de carrière de 70 à 90 euros nets.

Devant le manque d’attractivité du métier et la faiblesse des salaires en début de carrière (1,2 SMIC), ce serait un premier pas, largement insuffisant. Et qui demande à être confirmé pour l’ensemble d’une profession qui souffre de la comparaison avec les fonctionnaires de statut équivalent ou avec les enseignants des autres pays de l’OCDE.

Si l’article 1 du projet de loi parle bien d’une revalorisation salariale permettant de garantir aux enseignants un même niveau de retraite que ceux des corps équivalents de la Fonction publique, le gouvernement étalerait cet engagement sur plus de 15 ans pour y arriver dans le cadre inédit d’une loi de programmation. Quel crédit accorder à un gouvernement qui a déjà reporté d’une année la mise en œuvre du protocole PPCR (Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations), qui continue à geler le point d’indice des fonctionnaires, contribuant ainsi à poursuivre la dégradation de leur pouvoir d’achat, qui détruit les statuts, qui réduit les capacités des organisations syndicales à défendre collectivement les droits des personnels ?

Interrogé sur la nature des mesures qui seraient prises, le ministre entretient le flou en évoquant l’indemnitaire, l’indiciaire mais également « toute une série d’autres choses ». Ce qui a de quoi nous interroger et nous inquiéter. La question des personnels concernés par la revalorisation et ses modalités reste floue : seulement les plus jeunes ? Seulement celles et ceux qui acceptent des missions supplémentaires ?

Le ministre a redonné la mesure de l’investissement prévu ; le budget de l’Éducation nationale serait augmenté de 10 milliards d’euros … en 2037. Gardons les pieds sur terre : il n’y intègre pas les effets de l’inflation, ce qui réduit énormément l’impact de l’investissement annoncé.

Que le gouvernement parle des retraites ou des salaires, il entretient le flou et l’imprécision. Il dégrade les pensions de toutes les salarié-es, conditionne des augmentations de salaires à des contreparties.

Pour la FSU ce n’est pas donnant / donnant, mais toutes et tous gagnant-es.

C’est pourquoi, le 24 janvier elle appelle les personnels à être massivement en grève et dans les manifestations.

La manifestation parisienne partira à 11h de République pour se rendre à proximité de l’Elysée (Concorde) où se tiendra le conseil des Ministres qui examinera le projet de loi que nous combattons depuis le 5 décembre.
La FSU sera en tête donc nous avons une responsabilité particulière.

La FSU vous permet de vous rendre à la mobilisation :

sur les Yvelines :

Départs en bus :
• La queue les Yvelines : Départ 8h30 devant le Lycée de La queue lez Yvelines
• Plaisir : Départ 09h00 – devant la gare de Plaisir-Les Clayes
• Rambouillet  : Départ 08h30 devant le Lycée Bascan.
• Trappes : départ 09h00 sur le parking de la Mairie de Trappes.
• Versailles : départ 9h30 place de la loi
Réservez votre place en écrivant àRéservez votre place ici (cliquez) !

• Mantes – Poissy  : départ Mantes à 9h00 sur le parking du lycée Saint-Exupéry. Arrêt à Poissy à 09h30, sortie A 13, à hauteur de l’hôtel Novotel. Arrêt (possible  : le demander) à la sortie des Mureaux et à l’entrée de l’A13 direction Paris. pour réserver écrire à reservationbusfsu@orange.fr

• Sartrouville : départ collectif de la Gare de Sartrouville et de Houilles (horaires à préciser).

Pour l’essonne(91) :

Départ de la gare d’Evry-Courcouronnes à 9h15.
Pour nous permettre d’organiser les départs de bus dans des bonnes conditions, il est impératif de vous inscrire par mail sur notre adresse snes91@versailles.snes.edu en indiquant bien le lieu de départ du bus que vous souhaitez prendre, ainsi que votre nom, prénom et numéro de téléphone.

Pour le val d’Oise (95) :

Des bus seront affrétés par la FSU 95 pour se rendre à la manifestation du vendredi 24 janvier :
• au départ de Cergy : Départ à 09h00 devant la maison des Syndicats de Cergy
• au départ d’Argenteuil, : Départ à 09h00 rendez-vous devant l’espace Mandela
• au départ de Sarcelles : Départ à 09h00 au centre sportif Nelson Mandela .


Pour nous permettre d’organiser les départs de bus dans des bonnes conditions, il est impératif de vous inscrire par mail sur notre adresse snes95@versailles.snes.edu en indiquant bien le lieu de départ du bus que vous souhaitez prendre, ainsi que votre nom, prénom et numéro de téléphone. Une confirmation d’inscription vous sera envoyée.

Pour les syndiqués, la FSU prendra en charge le coût du transport. Pour les non-syndiqués à la FSU et ses syndicats une participation de 5€ sera demandée (somme à régler sur place)

Un 24 massif et déterminé pour le retraiT.

Le Président de la République a donné son feu vert à l’examen en Conseil des ministres du projet de loi sur les retraites le 24 janvier2020. Ce projet renvoie à de nombreuses ordonnances et décrets qui définiront ultérieurement et sans débat les dispositions structurantes du régime prétendu universel qui impliqueraient des conséquences désastreuses pour toute la population. Nous sommes donc face à un projet qui est toujours totalement flou mais dont l’analyse des grandes lignes, y compris par des experts indépendants, montre qu’à l’opposé de la communication gouvernementale sur une réforme de justice sociale, son objectif est de nous faire travailler plus longtemps et de baisser les pensions. La population n’est pas dupe et continue à être opposée à cette réforme et à soutenir majoritairement la mobilisation contre ce projet absurde et injuste.

Le communiqué intersyndical complet ici

Continuer la lecture de Un 24 massif et déterminé pour le retraiT.

Formation des enseignants: le report doit être la première étape d’une remise à plat de la réforme

Le ministre vient de décider du report d’un an de la réforme de la formation initiale des enseignant-es. Cette mesure évitera dans un premier temps que les personnels chargés d’élaborer les ma-quettes de formation soient contraints de le faire dans des conditions qui ne permettaient pas de mettre en œuvre une formation universitaire et professionnelle de qualité. Cependant, la FSU réaffirme son opposition de fond à cette réforme: les questions subsistent et nécessitent d’engager une véritable réflexion collective pour améliorer la formation et répondre à la crise de recrutement qui s’aggrave.

Le communiqué FSU complet ici.

Continuer la lecture de Formation des enseignants: le report doit être la première étape d’une remise à plat de la réforme

DES ACTIONS MULTIPLES POUR ÉLEVER ENCORE LE RAPPORT DE FORCES

Dès hier au soir,l’intersyndicale Fonction publique appelait «à des actions de grève, de convergences interprofessionnelles sur tout le territoire les 22 et 23 janvier» et «à faire du vendredi 24 janvier une journée massive de grève et de manifestation interprofessionnelle.»

Lire le communiqué complet ici.

Continuer la lecture de DES ACTIONS MULTIPLES POUR ÉLEVER ENCORE LE RAPPORT DE FORCES

APPEL DU CONSEIL NATIONAL DU SNUEP-FSU 17 janvier 2020

Le 11 janvier, les annonces du gouvernement sur le retrait «provisoire» de l’âge pivot, non seulement ne répondent aucunement aux revendications des organisations syndicales et des personnels mobilisés, mais sont un leurre. Le SNUEP-FSU avec la FSU poursuivra dans le cadre interprofessionnel le combat pour le retrait de la réforme de la retraite à points. Le gouvernement porte donc à lui seul la responsabilité des difficultés actuelles dans les transports, les gares, les établissements scolaires et dans de nombreux services publics et entreprises privées.

Lire l’appel complet du CN ici.

Continuer la lecture de APPEL DU CONSEIL NATIONAL DU SNUEP-FSU 17 janvier 2020

Le ministre Blanquer ne peut plus nier les difficultés des professeur·es de lycée professionnel

Malgré le discours de notre ministre Blanquer, les reformes en cours dans la voie professionnelle, avec des dispositifs pédagogiques imposés (co-intervention et chef-d’œuvre notamment), la multiplication des heures supplémentaires et les suppressions de postes prévues pour la rentrée prochaine amplifient le malaise enseignant et la souffrance au travail.

Le communiqué complet ici.

Continuer la lecture de Le ministre Blanquer ne peut plus nier les difficultés des professeur·es de lycée professionnel

LA FONCTION PUBLIQUE TOUJOURS MOBILISEE

Les organisations syndicales CFE-CGC, CGT, FA, FO, FSU, Solidaires de la fonction publique réunies le16 janvier se félicitent qu’une fois de plus les agentes et les agents, dans le cadre du mouvement interprofessionnel, aient montré leur détermination à s’opposer au projet de réforme des retraites lors des 3 journées d’action des 14, 15, et 16 janvier. Partout, les manifestations ont été importantes, les grèves sont suivies et de nombreuses actions sont menées.

Le communiqué complet ici.

Continuer la lecture de LA FONCTION PUBLIQUE TOUJOURS MOBILISEE

Académie de Versailles