CTMEN du 8 juin 2022. Déclaration liminaire de la FSU.

Pour ce premier comité technique ministériel de l’Éducation nationale depuis la prise de fonctions du nouveau ministre, la FSU ne peut que regretter son absence pour cette réunion.
C’est dommage ! Vraiment ! Et ce d’autant plus que beaucoup d’observateurs de la vie de l’Education nationale ont commenté sa nomination comme un signal politique envers les personnels pour, au moins symboliquement, « tourner la page » du personnage Blanquer, tant celui-ci était largement conspué par les personnels. Ceux-ci même qui, tous les jours, font vivre le service public d’éducation, qui en dispensant l’acte éducatif, qui en orientant, qui en accompagnant en santé ou socialement les élèves, ou encore en encadrant, en administrant, en soutenant techniquement ou pédagogiquement ou en gérant le système éducatif, dans les académies, les écoles, les collèges, les lycées…
Toutes les politiques publiques menées lors de ce quinquennat n’ont été pensées que par le biais d’économies de moyens et sans aucune considération ni pour les élèves, ni pour les personnels, leurs métiers et leurs expressions. Bref, au total, s’il fallait résumer par quelques mots-clés le quinquennat passé pour l’éducation nationale, viendraient à
l’esprit d’une grande majorité de collègues de tous les métiers ceux de « désorganisation », «mépris », « saccage », « fiasco », « chaos » même…

Lire la déclaration complète au CTMEN du 08/06/2022 ici.

Les PLP ne sont pas des bénévoles :l’intersyndicale de la voie pro exige de rémunérer les oraux de chef-d’œuvre !

L’absence d’anticipation et le refus irresponsable du ministère d’aménager les épreuves des diplômes professionnels 2022 ont de graves conséquences dans les lycées professionnels : les personnels sont
surchargés de travail et les élèves perdent encore des heures de cours.
Aux activités professionnelles habituelles des PLP en fin d’année : enseigner, organiser les CCF, effectuer les visites de stage, corriger les épreuves et préparer la rentrée, s’ajoutent deux missions
supplémentaires imputables à la Transformation de la voie professionnelle et à la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel ». Cette dernière, en libéralisant le marché de la formation et de l’apprentissage, a généré une multiplication de candidat·es au CAP dans les CFA privés, que les PLP doivent certifier. Ainsi de nombreuses convocations sont tombées empêchant les enseignant·es d’assurer les cours dus aux élèves.

Lire le communiqué intersyndical VP du 07/06/2022.

La FSU soutient la journée d’action du 7 juin pour l’hôpital public et la santé.

La FSU exprime son soutien à la journée nationale d’action de ce 7 juin pour l’hôpital public et la santé, à l’appel de la Coordination de défense des hôpitaux et maternité de proximité. Fermetures de services
d’urgence, déprogrammation d’opérations, etc. : la situation de l’hôpital public en France est de plus en plus critique, mettant en danger la vie de chacun-e des habitant-es de ce pays.
Chacun-e est en effet susceptible d’avoir un accident ou de tomber malade et d’avoir besoin rapidement de soins de bonne qualité. Or les conditions de travail sont devenues tellement mauvaises en raison de la baisse des effectifs, et les rémunérations tellement peu attractives en raison du gel du point d’indice servant à rémunérer les agent-es publics, que les postes vacants ne parviennent même plus à être pourvus.

Lire le communiqué complet de la FSU du 07/06/2022 ici.